Menu
Herault / Occitanie

Des vacances au Cap d’Agde

Cet été, nous avons dû bouleverser nos plans vacances comme surement un grand nombre d’entre vous. La faute au COVID bien sûr. Mais finalement, peut-être un mal pour un bien puisque grâce à lui les Français ont enfin pris le temps de (re)découvrir leur pays qui finalement n’a pas grand-chose à envier aux autres. Pour nous, ce fut l’Hérault et plus précisément Le Cap d’Agde. Coin de France classé assez loin dans nos préférences de destination, nous nous sommes ainsi réconciliés avec lui.


Des plans bouleversés

Mais commençons par le début. Si vous nous suivez un peu (voir beaucoup), vous savez que nous sommes de grands adeptes des vacances en France. Je suis assez fière de vous annoncer que j’ai pu constater il y a peu que nous avions mis les pieds au moins une fois dans chacune des treize régions françaises.

Mais parfois, il nous arrive de rêver d’horizons plus lointains. Cette année, nous avions donc prévu de partir à la découverte d’un pays dont on parle peu, la Lettonie. Ce voyage devait se faire à quatre puisque notre plus grande fille âgée de 18 ans rêvait quant à elle de vacances avec son amoureux sans parents. Pour eux, une location au Cap d’Agde était donc prévue, la même quinzaine que la nôtre en Lettonie.

Mais voilà, COVID est arrivé et a fait voler en éclat tous ses beaux projets de vacances réservées dès janvier.

Après plusieurs semaines d’incertitudes, notre vol pour la Lettonie fut annulé, nous laissant comme seule solution celle de partir au Cap d’Agde dans cette chouette petite maison prévue pour 8 personnes. Surtout qu’entre-temps, l’amoureux s’était lui aussi envolé vers d’autres horizons. Adieu donc la Lettonie et les vacances de grande indépendance et vive les vacances en famille.


Le Cap d’Agde, une belle découverte

Notre seule expérience de l’Hérault remontait à plusieurs années. Nous y avions passé une quinzaine de jours, dans la station balnéaire de Valras plage et nous n’en gardions pas un super souvenir. Des plages bondées une station balnéaire sans charme et des difficultés de circulation monstre pour partir découvrir le moindre village de l’arrière-pays.  Bref pour nous l’Hérault n’était pas du tout la destination que nous aurions choisie et nous n’en attendions rien de particulier.

Et pourtant quelle belle découverte


Le cap d’Agde

La station balnéaire fut totalement créée de la main de l’homme, à la suite d’une décision prise par l’état en 1963. L’idée était de développer le tourisme sur la côte Languedoc-Roussillon. On va alors assécher les marais, démoustiquer la zone et bâtir un lieu de vacances idéal avec des plages bien sûr, mais aussi des restaurants des boutiques et tout un tas de loisirs pour la vie nocturne. Ainsi naquit Le Cap d’Agde. Mais tout cela s’est fait dans le respect de l’environnement. Aucun grand immeuble défigurant le littoral, mais plutôt de petits quartiers constitués de résidences verdoyantes parfaitement intégrées.  C’est sans nul doute ce qui nous a plus ici. Les parkings pour stationner sont tous dissimulés dans la végétation à plusieurs mètres des plages. Tout le littoral est donc piétonnisé. Nul besoin alors de voiture. Sur place, chaque quartier est équipé de commerces et restaurants. La seule chose dont vous avez besoin c’est de bonnes baskets (ou d’un vélo) pour vous balader le long du littoral et rejoindre les autres quartiers de la ville.

À notre grande surprise, il n’y avait pas trop de monde dans la station et les plages étaient loin d’être bondées (la faute au COVID et au manque de touristes étrangers ?). Le seul bémol à cette quinzaine fut la météo parfois capricieuse. Si une grande partie de la France à ce moment-là suffoquait sous la canicule, nous n’en avons pas souffert. Le thermomètre est resté le plus souvent sous la barre des 30°C. Nous avons eu des jours de grand vent, rendant alors la séance plage fort désagréable. Nous avons eu aussi plusieurs jours avec des entrées maritimes très denses qui ont plongé Le Cap d’Agde parfois dans un épais brouillard impressionnant.  


Découvrir Le Cap d’Agde

Notre première balade à pied nous a permis de rejoindre le centre du Cap d’Agde par le littoral. Ce dernier se compose d’îlots consacrés aux loisirs (base de loisirs nautiques et Luna-park) pas vraiment notre tasse de thé, mais il en faut pour tout le monde. Le port de plaisance est fort agréable. Derrière celui-ci, un nouveau quartier intégrant le palais des congrès, l’office de tourisme et le casino est en cours de réalisation. L’architecture se veut moderne et audacieuse. Au sommet du nouveau palais, on peut admirer une belle vue sur la ville.

Notre seconde exploration du Cap d’Agde nous a menés sur des falaises surplombant la plage de la grande Conque. Faite de sable noir, cette plage rappelle que Le Cap d’Agde est bâti au pied d’un ancien volcan le mont Saint-Loup dont la dernière éruption remonte à 750 000 ans.


Le mot de la fin

Au Cap d’Agde nous avons aussi tout simplement profité du littoral et des magnifiques couchers de soleil qui se sont offerts à nous le soir venu. Nous avons ramassé des coquillages et vu des crabes. Nous avons pris le temps de vivre à l’ombre de la terrasse de notre petite maison située à 200 mètres de la plage. Bref, nous avons passé de belles vacances en famille et nous nous sommes désormais réconciliés avec l’Hérault.

A propos de l'auteur

Partir découvrir de nouveaux horizons. Proches ou lointains, peu importe tant que cela se fait en famille afin de garder de beaux souvenirs que nous partageons avec vous à travers ce blog.

1 commentaire

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    16 octobre 2020 at 8 h 38 min

    Je ne connais pas du tout ce secteur, j’ai un peu les mêmes blocages que toi, mais j’imagine que quand il n’y a que très peu de touristes, cela change la vision que l’on en a. J’aime bien la plage de sable noir, très joli ! 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.