Scroll to Content

Avant d’embarquer pour l’île de Batz, nous avons pris le temps de parcourir deux petites villes du nord Finistère où nous avions posé nos valises pour quelques jours. Nous sommes en plein mois de février, mais nous avons la chance d’avoir un ciel bleu d’azur ce matin-là. Alors malgré un début de matinée plutôt frais, le soleil va très vite nous réchauffer et nous permettre de visiter Saint-Pol-de-Léon et Roscoff en toute quiétude.


St Pol de Léon

Érigé au titre de cité épiscopale au 6ème siècle Castel Paol comme elle est nommée à cette époque, voit débarquer en 510 Saint Pol Aurélien missionné par l’évêque de Guicastel pour répandre la bonne parole dans la région du Léon. Devenu aujourd’hui l’un des sept saints fondateurs de la Bretagne, il est aussi le premier évêque de Saint-Pol-de-Léon. La ville possède deux édifices religieux à visiter en plein centre-ville et distants de peu l’un de l’autre.

La chapelle du Kreisker se distingue principalement par la hauteur de son clocher. 78 mètres !! C’est le plus haut de toute la Bretagne. Durant la saison estivale, il est possible de gravir les 169 marches pour atteindre son sommet et admirer le panorama. La cathédrale Saint-Pol-Aurelien faite de granit pose ses premières fondations au 12ème siècle (sur les ruines de deux édifices antérieurs précédemment détruits). Elle était le siège du diocèse de Léon créé au 6ème siècle.

À découvrir également au fil des rues et ruelles les jolies maisons de Saint-Pol-de-Léon.


Roscoff

Difficile de ne pas tomber sous le charme de Roscoff. Les belles demeures du 16ème et 17ème siècle ainsi que les ruelles pavées confèrent à ce petit port un attrait non des moindres. Classé « Petite Cité de Caractère » nous avons découvert la ville depuis la pointe de Blascon à l’est de la ville. Depuis ce promontoire, la vue sur Roscoff et l’île de Batz proposent une belle approche de l’ensemble. C’est ici qu’en 1619 est érigée la chapelle Sainte-Barbe, grande protectrice contre les pirates et les âmes perdues.

Port d’armateurs et de corsaires au 16ème siècle, Roscoff devient la vitrine commerciale de la production maraîchère de l’arrière-pays de Léon comme l’oignon rosé. Cultivé dès le 17e siècle pour nourrir les équipages, il est ensuite commercialisé au 19ème siècle en Angleterre. Derrière la pointe de Blascon se dresse le port en eau profonde d’où partent les ferries vers les côtes britanniques.


Roscoff jouit également d’un magnifique jardin exotique. Malheureusement pour nous en ce mois hivernal il est fermé le mercredi et nous sommes mercredi !! Une fois garés à Roscoff, nous découvrons à pied l’église et les maisons en granit, toutes plus belles les unes que les autres. Nous avons vraiment pris beaucoup de plaisir à nous y balader. Avant d’embarquer pour l’île de Batz nous ne résistons pas à faire une halte gourmande à « La Maison du Kouign-Amann ». Une adresse vivement recommandée par nos papilles.


Le Mot de la Fin…

Difficile de ne pas être emballé par ces deux petites villes de bord de mer. Elles ont su préserver leur patrimoine et rester à taille humaine. En complétant avec la découverte de l’île de Batz cela se combine parfaitement sur une même journée et vous garantit de beaux souvenirs bretons.


Publié par:

Partir découvrir de nouveaux horizons. Proches ou lointains, peu importe tant que cela se fait en famille afin de garder de beaux souvenirs que nous partageons avec vous à travers ce blog.

Commentaires

  1. Encore 2 villes que je n’ai jamais visité, elles ont l’air très mignonnes ! 🙂
    Peut-être une petite préférence pour Roscoff, les maisons forment un bel ensemble ! 😀

  2. J’irai en France pour étudier en septembre et ce sera l’endroit que je visiterai certainement! vos photos sont tellement belles! Merci pour la revue

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.