Escapades parisiennes

Retrouvailles à Montmartre

Il y a un peu plus d’un mois, j’ai retrouvé dans le quartier de Montmartre trois copines blogueuses pour des retrouvailles autour d’un verre (enfin, vu la météo, plutôt autour d’un thé). L’occasion de passer un très bon moment entre filles, mais aussi de découvrir un musée et un cimetière. Allez, je vous raconte tout cela.

Souvenez-vous, en mai 2017, un Rendez-vous spécial avait lieu à Toulouse, celui des blogueurs et blogueuses participants au RDV #EnFranceAussi. L’occasion de rencontrer en chair et en os toutes ces chouettes personnes que je côtoie régulièrement voire quasi quotidiennement pour certaines, mais de manière virtuelle. Lors de celui-ci, nous avons été gentiment accueillis par l’hôtel Best Western Athénée, qui fait partie de la chaîne HappyCulture. Le concept est de proposer dans les hôtels de la gamme un HappyTime, sorte d’apéritif de bienvenue offert aux clients afin de passer un moment convivial, mais aussi de découvrir la gastronomie locale. À la fin de notre séjour, on nous a remis une petite carte valable jusqu’au 31 décembre qui nous permettra de profiter de ces HappyTime dans n’importe quel hôtel de la chaîne ainsi que l’accès à quelques services pouvant être utile, comme recharger son portable ou prendre un café à n’importe quelle heure.

Décembre étant arrivé à toute allure, il était temps de se servir de cette fameuse carte pour nous retrouver entre blogueuses parisiennes. C’est donc avec Tania du blog Viver a vida is wonderful Mathilde du blog Voyager en Photo et Aurelie du blog Travelingaddress que nous nous sommes retrouvées par une fin d’après-midi neigeuse, à l’hôtel R. Kippling à deux pas du Moulin Rouge.

Mais avant cela, ayant la chance (ou pas) de travailler à l’envers des autres, c’est toute mon après-midi que j’ai pu réserver à la découverte de cette partie de Paris. Le temps n’étant pas de la partie, j’avais repéré deux petits musées non loin de là, celui de Gustave Moreau et celui de la vie romantique.

Le musée Gustave Moreau :

Avant de mettre les pieds dans ce dernier, autant être honnête Gustave Moreau était pour moi un illustre inconnu. Aujourd’hui, je suis capable de vous faire un petit résumé de sa vie :

Gustave Moreau est né à Paris en 1826. De santé fragile, il s’adonne depuis l’âge de 6 ans au dessin vivement encouragé par ses parents. En 1841, il effectue son premier voyage en Italie, d’où il revient avec un carnet de dessins bien rempli. En 1846 il intègre les Beaux-Arts, mais échoue par deux fois au prix de Rome. Il décide alors de quitter l’académie et devient copiste au Musée du Louvre.

Ses parents lui achètent en 1854, une maison-atelier. Il y peint notamment un grand nombre de toiles ayant pour inspiration première des sujets religieux, tirés de l’antiquité ou bien encore de la mythologie. Il trouve son propre style, des tons exacerbés et des paysages aux formes découpées, qui s’affirmeront davantage après son deuxième voyage en Italie.

En 1878, six toiles et cinq aquarelles de Gustave Moreau seront exposées à l’exposition universelle et en 1879 puis il se lancera dans l’illustration des Fables de la Fontaine. Il deviendra également professeur aux Beaux-Arts en 1892.

À sa mort en 1898, Gustave Moreau lègue sa demeure familiale et tout ce qu’elle contient à l’état français. Le musée Gustave Moreau, ouvre ses portes au public en 1903, c’était une volonté de l’artiste qui avait amorcé ce projet quelques années avant sa disparition.

Musée Gustave Moreau

Le musée Gustave Moreau au 14 rue de la Rochefoucauld

Musée Gustave Moreau

Grimpons l’escalier pour atteindre le premier étage

Musée Gustave Moreau

 

 

 

 

 

 

Au premier étage de la demeure, ce sont les appartements de la famille. Des petites pièces très chargées en tableaux. j’y ai fait peu de photo car il n’y avait pas vraiment de recul et il faisait assez sombre. 

Il est temps d’accéder par un autre escalier au deuxième étage, l’atelier de l’artiste.

Musée Gustave Moreau

L’atelier de l’artiste et ses œuvres

Musée Gustave Moreau

Musée Gustave Moreau
Musée Gustave Moreau
Musée Gustave Moreau

Un petit musée fort sympathique à découvrir si vous passer dans le coin. J’ai beaucoup aimé l’ambiance feutré du lieu et ce sentiment étrange qui me saisi à chaque fois que je pénètre dans ce type de musée. Car c’est un peu comme si vous veniez toquer à la porte d’une personne pour parcourir les pièces de sa maison. Pénétrer l’intimité d’un artiste, moi ça me rend toute timide à chaque fois.

Sortie du musée je prends la direction du musée de la vie romantique. Mais arrivée devant surprise, il est fermé pour travaux. Me voilà bien embêtée, il est encore tôt, que vais-je faire ? Je dégaine google maps et repère le cimetière de Montmartre. Il ne fait pas bien chaud, mais tant pis.

Le cimetière de Montmartre :

Troisième cimetière parisien par sa taille, il rassemble près de 21500 sépultures. De grandes personnalités des arts et des lettres y reposent comme Michel Berger et France Gall, Dalida, Adolphe Zax (inventeur du saxophone) François Truffaut (réalisateur et scénariste) ou bien encore Émile Zola (bien que ses cendres est été transféré en 1908 au Panthéon).

Ma visite étant totalement improvisée, je n’ai aucune idée d’où peuvent se trouver certaines de ces tombes célèbres. Le cimetière est immense, 10,5 hectares.  Je me contente donc de déambuler au hasard des allées au ton dramatique donné par le ciel qui se noircir sévèrement. Malgré tout, j’apprécie le calme et la quiétude du lieu qui tranche avec le bruit et le tumulte parisien qui règne à quelques mètres de là sur le boulevard de Clichy.

Cimetière de Montmartre

Cimetière de Montmartre

Cimetière de Montmartre
Cimetière de Montmartre
Cimetière de Montmartre

Cimetière de Montmartre

 

Cimetière de Montmartre

Cimetière de Montmartre
Cimetière de Montmartre
Cimetière de Montmartre
Cimetière de Montmartre
Cimetière de Montmartre

Une grosse averse de neige me pousse à rebrousser chemin plus vite que prévu ainsi que l’état de mes doigts, tout engourdit par le froid. Mais comme Montmartre est l’un de mes quartiers préférés de Paris, je me promets d’y revenir aux beaux jours.

 ♣

HappyTime au R. Kippling :

Il est temps de rejoindre l’hôtel R. Kippling situé au 65 rue Blanche. Je suis immédiatement séduite par l’ambiance chaleureuse de l’hôtel. Le concept HappyCulture semble respecté. Je n’ai même pas besoin de montrer ma carte à l’hôtesse, elle me laisse m’installer confortablement dans les canapés moelleux du salon. Je suis la première arrivée et j’attaque avec un thé bien chaud.

 Les filles arrivent les unes après les autres. C’est drôlement chouette de se retrouver, de parler de tout et de rien, mais surtout de discuter voyage.

Si l’hôtel est accueillant, le concept HappyTime que nous avions testé à Toulouse avec un apéritif du terroir, ne semble pas vraiment de mise à Paris. Il y a bien du Thé et du café à disposition des chips et des raisins secs, mais points d’apéritif ou de goûter gourmand avec des viennoiseries comme on nous l’avait laissé entendre lorsque nous avions contacté l’hôtel. L’hôtesse de son côté ne semble pas au courant d’un éventuel goûter gourmand, pour elle, ce qui est proposé là est la norme de tous les jours.  Nous sommes un peu déçues, il semblerait que sur Paris, le HappyTime soit réduit au minimum, voire inexistant, dans bon nombre d’hôtels de la gamme au vu des réponses que nous avons pu avoir préalablement en contactant divers établissements pour préparer ces retrouvailles. Une personne du service commerciale devait venir nous rencontrer sur place, mais au final nous n’avons vu personne.

Happytime du R. Kippling

Espace détente

La très belle salle du petit déjeuner au sous-sol

La voûte lui confère un charme incroyable

Cela ne nous a pas empêchés de passer un bon moment ensemble et de découvrir un bel hôtel au pied de Montmartre.  Un moment convivial entre blogueuses, finalement avec ou sans HappyTime c’est toujours sympa et ce sera à refaire bien évidemment 😊

Et pour finir le Moulin Rouge illuniné

Vous aimerez aussi

7 Commentaires

  • Reply
    aurelie@travelingaddress
    19 janvier 2018 at 20 h 42 min

    très agréable rencontre 😉 par contre c’est vrai que le happy time était moyen… mais quel beau quartier!

    • Reply
      Cecile
      31 janvier 2018 at 8 h 40 min

      Ouais c’était chouette de se revoir la prochaine fois on se fera un resto 🙂

  • Reply
    Mathilde
    19 janvier 2018 at 20 h 46 min

    Je n’avais jamais entendu parler du musée Gustave Moreau alors merci pour la découverte ! Même si le Happy Time était un peu light, ça m’a fait super plaisir de se retrouver autour d’un thé pour papoter ! C’était bien sympa ! J’espère qu’on se refera des sorties blogueuses #EnFranceAussi en 2018 🙂

    • Reply
      Cecile
      31 janvier 2018 at 8 h 41 min

      Mais oui il y en aura toujours partante 🙂

  • Reply
    Estelle
    20 janvier 2018 at 12 h 43 min

    L’escalier en fer forgé du musée est super beau. Bon ils devraient enlever le mot “gourmand” de leur coin gourmand. C’est plutôt coin de courtoisie.

    • Reply
      Cecile
      31 janvier 2018 at 8 h 45 min

      Magnifique escalier tu as bien raison il est très photographier.

  • Reply
    Sylvie
    17 juillet 2018 at 14 h 09 min

    Moi non plus je n’avais jamais entendu de Gustave Moreau avant aujourd’hui… Merci donc pour la découverte de ce musée ! Dommage pour le musée de la vie romantique : j’aurais bien aimé voir à quoi il ressemble. Dommage aussi pour ce Happy Time qui semble bien trompeur si j’en crois ce qu’on fait miroiter et la réalité sur place. Peut-être qu’à Toulouse vous avez eu un traitement de faveur et qu’ils ne font pas ça non plus à chaque fois… En tout cas c’est super de maintenir les liens et de vous retrouver ainsi ! Merci pour le partage !

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.