le bourg de l'île de Batz
Bretagne,  Finistère,  Rdv #EnFranceAussi

L’île de Batz

Juste en face de Roscoff, il existe une toute petite île qui vous garantit un dépaysement total et un sentiment profond de bonheur simple. Il n’est pas impossible que comme nous, vous vous preniez à rêver d’une vie paisible dans l’une de ces petites maisons du bourg avec vue sur la mer. Le temps d’une après-midi, nous avons découvert l’île de Batz et ce fut l’une de nos plus belles découvertes lors de ce séjour sur les côtes du Finistère Nord.


Découvrez l’île de Batz

Située à deux kilomètres des côtes bretonnes, l’île de Batz qui fait partie des îles du Ponant est desservie chaque jour par des navettes maritimes. Il ne faut pas plus de 15 min pour faire la traversée et débarquer dans la baie de Kernoc’h.

Batz la jeune insulaire

Pourtant, tout porte à croire que Batz était encore il y a peu ratachée à la terre ferme. Attention lorsque j’écrit il y a peu je parle tout de même de quelques siècles. Mais à l’echelle de notre planète, quelques siècles c’est un peu comme quelques décenies en temps humain 🙂

Bref, revenons à cette intriguante chronologie de la formation de notre l’île. Tout démarre avec la découverte d’épées, de haches et même de tombes dans le chenal actuel séparant Roscoff et Batz. Ces dernieres datées de -100 laissent entendre qu’à cette époque, ce chenal n’existait pas.

Puis vient la lecture de textes écrits en 884 et qui relatent la passionnante hsitoire de St Pol (Saint Breton 1er évêque de Saint-Pol-De-Léon). Ces écrits décrivent l’intallation de notre Saint, à Batz en 525 où il fonda une église puis un monastère. Le territoire décrit de façon assez présise semble peu compatible avec la géographie actuelle de l’ile. Par contre, d’autres textes écrit en 857 parlent de façon très précise de la manière dont les Normands ont envahi l’ile de Batz.

Aussi la théorie la plus plausible et retenue, est qu’entre ces deux périodes (525-857) un phénomène naturel appelé transgression marine se soit produit. Il consiste en un envahissement durable de la mer sur une bande de terre dû notament à l’affaissement de celle-ci et à une élévation du niveau des eaux. C’est donc ainsi que le chenal est apparue et que Batz est devenue une toute jeune insulaire.

vue sur l'île de Batz

Batz la bien heureuse

L’île de Batz (prononcez Ba) n’est pas très grande. Longue de 4km et large de 1km. Pour partir à sa découverte, le mieux est de louer des vélos. De toute façon, il n’est pas possible de circuler en voiture sur l’ile. Le choix est donc restreint. À pied, à vélo ou en tracteur !! Car l’île de Batz est avant tout un véritable potager sur l’eau. On pourrait croire que comme beaucoup d’endroits situés au bord de la mer, l’île vit principalement de la pêche. Eh bien à Batz, si la pêche est une ressource incontestable, c’est bien la culture maraichère qui rythme la vie des habitants.

Protégée par les courants du Gulf Stream, l’île de Batz bénéficie d’un microclimat incroyablement doux. Ajoutez-y le goémon, une algue riche en iode fournie par la mer et vous aurez ainsi la recette miracle qui permet à toutes les cultures de pousser en abondance. Ainsi, choux-fleurs, carottes, fenouil, échalotes, salades et pommes de terre sortent de terre avec parfois un mois d’avance par rapport à la production du continent.

Le climat de l’île est si exceptionnel, que l’on arrive même à y faire pousser des plantes exotiques. À la pointe Pen-Ar-Cleguer, à l’est de l’île, vous pourrez visiter le jardin George Delasselle qui abrite 1500 espèces différentes de plantes. Pour la plupart, elles proviennent de l’hémisphère sud et se plaisent à s’épanouir sur l’île de Batz. Ce dernier est ouvert du 1er avril à 1er novembre, nous n’avons donc malheureusement pas pu le visiter en février.


L’île de Batz à vélo

C’est donc ce mode de déplacement que nous avons choisi en arrivant sur l’ile. En février, tous les loueurs ne sont pas ouverts, mais nous avons tout de même trouvé notre bonheur chez « Roulez Jeunesse ». Nous partons tout d’abord vers l’est. Très rapidement, nous quittons les dernières maisons du bourg pour nous retrouver en pleine campagne au milieu des champs.

L’île ne présente aucune difficulté en termes d’altitude, puisque celle-ci ne dépasse pas 33 mètres. Enfants et adultes peuvent donc pédaler tranquillement. Malgré tout, compter douze kilomètres pour faire le tour de l’ile. Alors avec de jeunes enfants cela peut parfois être un peu long pour eux.

Dans notre cas, avec trois enfants nous avons fait pas mal de pauses et pris notre temps. Alternant marche et pédalage, nous avons ainsi profité pleinement des beautés de l’île. En plus, nous avons eu la chance d’avoir un soleil éclatant nous permettant d’être vêtus uniquement de nos pulls et de nos lunettes de soleil.

Nous avons pu ainsi découvrir, la chapelle Saint-Anne (en ruine). Elle se dresse à l’emplacement de l’ancien monastère bien plus vaste que cette petite chapelle fondée par Saint Pol-Aurélien.

Chapelle Sainte-Anne de Batz

En remontant la côte nord de l’ile, nous longeons des plages magnifiques. L’eau turquoise et le sable blanc nous donneraient presque l’impression d’être très loin de la France. Puis nous découvrons les cultures maraichères et les fermes qui font la vie de l’ile. À l’ouest, le phare se dresse fièrement. 210 marches permettent d’atteindre le sommet. Mais, en février, il est fermé alors nous ne pouvons l’admirer que depuis la terre ferme. Nous poursuivons notre route et regagnons ainsi le bourg. 510 personnes vivent toute l’année sur l’île. Nous sommes surpris en découvrant qu’elle possède un collège. Ce dernier accueille 13 élèves. Incroyable, on est bien loin des classes surchargées que nous connaissons. Quelle vie incroyable cela doit être d’étudier ici, de vivre ici. Loin du tumulte des villes.

C’est ainsi que nous nous mettons à rêver un instant à la vie d’insulaire. Si différente de la vie que nous menons. Nous nous imaginons, habiter l’une de ses petites maisons du bourg qui donnent directement sur la mer. Avec leurs fleurs magnifiques, leur petit jardin potager. Un bonheur simple, une vie paisible.

Pour l’anecdote

A la pointe ouest de l’île se dresse le trou du serpent. Il s’agit d’un hamas de rochers qui d’après la légende bouche le trou dans lequel Saint-Pol Aurélien précipita un terrible dragon qui jusqu’à son arrivée en 525 terrorisait les habitants.


Le Mot de la fin…

Nous rendons nos vélos. L’heure approche, bientôt nous devrons reprendre le bateau pour Roscoff. Mais nous avons encore un peu de temps devant nous. Alors pour terminer cette après-midi, nous nous arrêtons à la crêperie la Cassonade pour le plus grand bonheur de tous. Ce fut comme je vous le disais au début de cet article, l’une de nos plus belles journées. L’ile de Batz aussi petite soit elle est un vrai petit paradis à découvrir. Prise d’assaut en été, nous avons vraiment apprécié de la découvrir en février. Bien que le phare et le jardin exotique soient fermés, nous avons bien souvent eu la chance d’être seuls sur les petites routes et au bord des plages de l’ile. Un privilège rare que nous avons savouré et dont nous nous sommes délectés.



Cet article participe au RDV EnFranceAussi organisés chaque mois par l’un des blogueurs du collectif. Ce mois ci c’est Mitchka et Sylvie des blogs FishandChild et le Coin des Voyageurs qui étaient à la manoeuvre avec le thème « Balade au bord de l’eau ».

 

26 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.