Menu
Dordogne / Nouvelle Aquitaine

Grottes et abris préhistoiriques plonger au coeur du berceau de l’humanité

Il se dit de la Dordogne qu’elle est le berceau de l’humanité. La vallée de la Vézère située au cœur du département ne fait que confirmer cela. En Effet, on y trouve une concentration exceptionnelle de grottes et abris préhistoriques dont un certain nombre sont même classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Durant notre séjour nous avons donc du fait des choix difficiles. Nous n’étions là que pour une semaine alors nous avons sélectionné deux grottes, un abri et un musée à ciel ouvert. Enfin, pour tarir notre soif de découverte, nous y avons ajouté la visite fabuleuse d’un gouffre.


Article mis à jour le 23/04/2021

Les Grottes

Autour de notre lieu d’hébergement, s’offrait à nous près d’une dizaine de grottes préhistoriques. Notre choix s’est fixé sur deux d’entre elles.

La grotte de Lascaux

Est-il possible de venir en Dordogne sans visiter le site de Lascaux ? Nous pensions que non. Alors comme la grande majorité des touristes nous l’avions mise à notre programme. Mais victime de son succès mondial, tout le charme s’évapore dès que vous partez à l’assaut de Lascaux.

Pour voir la réplique de cette grotte découverte en 1940, il faut commencer par s’armer de patience. Tout d’abord, sachez que la réservation est obligatoire. Mais attention les billets ne sont pas en vente sur le site. Il faut se rendre au centre-ville de Montignac. Ensuite, il faut faire la queue, longtemps, très longtemps. Enfin, vos sésames  en poche, vous pourrez accéder à cette formidable réplique. Mais en période scolaire, les groupes de visite sont pleins à craquer même en fin de journée. Alors, nous avons eu la désagréable sensation d’être entassés dans cette fausse grotte. Notre guide n’a rien fait pour remonter le niveau. Ce dernier nous a débité son histoire sans aucune émotion ni passion.

Bref, vous l’aurez compris, nous avons été très déçus de cette visite que nous nous étions fait une joie de faire avec nos enfants.


PS À noter que depuis notre séjour, une nouvelle réplique de la grotte nommée Lascaux IV a ouvert ses portes. Les billets sont en ventes sur place et sur internet. Ce nouveau Lascaux est-il meilleur ? Faut-il tenter la découverte ? Une question que nous nous  posons sérieusement. En effet, nous retournons l’été prochain dans le Périgord, mais nous hésitons vraiment à mettre de nouveau Lascaux dans notre programme.



La grotte du Sorcier

Bien moins connue que la précédente, cette petite grotte située au pied d’une falaise surplombant le village de Saint-Cirq, est tout à fait charmante. Le village est bâti sur la rive droite de la Vézère, près d’une forêt de bambou qui apporte de la sérénité au lieu.

Elle fut découverte en 1952 alors qu’elle servait d’entrepôt. Cette cavité est décorée et ornée de gravures. Ici pas de peinture comme à Lascaux. Les hommes qui nous ont laissé ce magnifique trésor vivaient à l’époque magdalénienne c’est-à-dire il y a environ 17 à 12 000 ans.


Les visites dans la grotte du Sorcier sont restreintes afin de ne pas endommager les vestiges. Nous avons eu la chance de n’être que dix personnes ce matin-là. Sachant que nous sommes déjà cinq, on peut presque dire que nous avons bénéficié d’une cadre VIP. Et forcément, cela fait toute la différence. Notre heure de découverte est passée en un éclair grâce à un guide passionné et passionnant.

Dans la première salle, nous admirons un véritable bestiaire, avec notamment un bison et quatre chevaux profondément gravés dans la paroi rocheuse. Puis nous rentrons dans l’arrière-grotte qui abrite, fait extrêmement rare dans l’art rupestre, trois représentations humaines. L’une d’elles est mondialement connue, un « sorcier » de profil au sexe particulièrement développé, répertorié par les préhistoriens comme l’une des gravures les plus réalistes en Europe. Des miroirs nous permettent d’observer plus facilement toutes ces merveilles.

Une très bonne visite qui nous a beaucoup plu, une grotte qui mérite un détour.


Les abris troglodytiques

Les falaises de la vallée de la Vézère ont permis dès la préhistoire aux hommes de trouver refuge. Là encore, le choix de visite est vaste. Ces abris ont souvent évolué au fil du temps et ont été pour certains habités des siècles durant. Nous en avions sélectionné deux.

Les grottes du Roc de Cazelle

À deux pas des Eyzies, la nature fit cadeau à l’homme de la falaise de Cazelle. Ce roc impressionnant recèle un nombre incalculable d’abris et de grottes propice à la sédentarisation des chasseurs-cueilleurs du paléolithique supérieur. Ils furent les premiers à transformer ces refuges en domicile.

C’est ainsi que depuis 20 000 ans, sans interruption, l’endroit fut habité par nos ancêtres. Aujourd’hui, ce voyage dans le temps nous emmène au cœur d’une nature apprivoisée, où nous croisons une centaine de personnages et d’animaux, comme le mammouth et le rhinocéros laineux. Transformé en forteresse au Moyen-âge, ce site exceptionnel vit quitter ses derniers occupants en 1966.

La visite est libre et nous fait découvrir au rythme du parcours des scènes de la vie quotidienne de nos aïeux.

Dans un second temps, nous traversons d’anciens abris creusés dans le roc qui ont été utilisés comme lieux de stockage d’armes ou barils de vin en fonction des époques. Pour conclure, nous déambulons dans une petite ferme avec de vrais animaux ainsi que les maisons troglodytes. C’est ici que vécurent les dernières personnes.


La maison Forte de Reignac

Ce deuxième lieu est très particulier. Il est à classer dans les abris préhistoriques, mais aussi dans les châteaux puisqu’il en est devenu un au Moyen-âge. Je vous en parle dans l’article sur les châteaux du Périgord.


Autres visites

Pour varier les plaisirs tout en restant sur notre ligne de découverte préhistorique, nous avons complété avec deux autres sites.

Préhisto-Parc

La visite de Préhisto-Parc s’impose notamment pour les enfants. Situé à Tursac juste à côté de la maison forte de Reignac. Niché dans un parc de cinq hectares, il permet de découvrir des reconstitutions de scènes de vie au temps des hommes de Neandertal et Cro-Magnon. Vous faites d’une pierre, deux coups, une belle balade dans la forêt et un enseignement ludique de la préhistoire à vos bambins. C’est par merveilleux ça !!


Le gouffre de Proumeysac

C’est au cœur d’une belle forêt ombragée du village de Bugue que se trouve ce gouffre exploré pour la première fois en 1907. C’est un courageux puisatier venu des Eyzies qui descendit dans la cavité dans un simple tonneau suspendu à une corde.  Il découvrit alors les merveilles qu’abritait cette immense cavité souterraine. Les habitants avaient surnommé ce lieu « le trou du diable », car il s’en échappait des sifflements et des rugissements terribles. Il s’agissait du vent bien sûr, mais cela les terrifiait. C’est pour cette raison que le site ne fut pas exploré plus tôt.

Un million d’années auront été nécessaires pour que se forme le gouffre de Proumeysac. Ses innombrables concrétions géantes ou minuscules lui donnent des airs de cité engloutie.

Cette cathédrale de cristal est mise en valeur par un son et lumière spectaculaire qui accompagne la visite. Pour accéder au gouffre deux possibilités : soit la classique via un tunnel depuis l’accueil, soit, l’option que nous avons choisie, la descente via une nacelle. Ainsi vous arrivez comme le puisatier en 1907 directement au cœur du gouffre accompagnés par le son et lumière…ça en jette un max et c’est grandiose !!!


Le mot de la fin…

Ceci n’est qu’un échantillon des sites à visiter en dordogne. Il en existe bien d’autres que nous ne manquerons pas de découvrir très bientôt. En tout cas, cela confirme bien que le Périgord est bien le berceau de l’humanité.

A propos de l'auteur

Partir découvrir de nouveaux horizons. Proches ou lointains, peu importe tant que cela se fait en famille afin de garder de beaux souvenirs que nous partageons avec vous à travers ce blog.

Pas de commentaires

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.