forêt de Fontainebleau
Escapades en Ile de France,  Rdv #En France Aussi

Fontainebleau : Les Gorges d’Apremont

Cela faisait très longtemps que nous n’étions pas retournés en forêt de Fontainebleau. Pourtant située à moins de 1h de route de chez nous, il aura fallu un confinement et une limite imposée de déplacement, pour que l’appel de la forêt et des grands espaces nous propulse au cœur de cet espace naturel emblématique de l’Île-de-France.


La forêt de Fontainebleau

La forêt de fontainebleau, c’est 22 hectares de nature préservée. C’est aussi le plus grand espace naturel d’Île-de-France et la deuxième forêt domaniale de France. Elle regroupe deux forêts : les trois Pignons et Fontainebleau. Si la deuxième appartient au domaine royal depuis le 10e siècle, la première est restée privée très longtemps. Elle ne fut acquise par l’état qu’en 1983. Le domaine forestier s’étend principalement sur le département de la Seine-et-Marne, mais une petite partie (3300 hectares) se situe sur celui de l’Essonne. Enfin, trois cours d’eau la délimitent, la Seine à l’est, l’École à l’ouest et le Loing au sud. La forêt est constituée à 60% de feuillus et à 30% de résineux. Ce qui en fait sa grande originalité, c’est son extraordinaire diversité. Aussi, on trouve ici, du sable blanc, des platières et des chaos rocheux gréseux témoins du passé géologique de la région. Tout cela forme aujourd’hui des paysages très contrastés appréciés des visiteurs et des sportifs.

vue sur le massif de Fontainebleau

Un peu d’histoire

La forêt de Fontainebleau, c’est tout d’abord une forêt royale rattachée à son célèbre château qui au temps des rois était leur pied à terre du week-end. Afin de prendre le vert, vous voyez ? À Fontainebleau, ils prenaient du bon temps et leur passe-temps favori était bien sûr la chasse. Alors on aménagea la forêt pour leur faciliter leurs parties endiablées. Il en reste pour témoin aujourd’hui, les carrefours en étoile, les grandes routes forestières, la faisanderie et le grand parquet où l’on organise aujourd’hui des évènements équestres principalement.

En remontant un peu plus l’histoire de Fontainebleau, on apprend que jadis, on exploitait le bois de la forêt pour se chauffer, mais aussi pour construire des châteaux, des bateaux et des cathédrales.

Cette vocation économique va perdurer jusqu’au 19e siècle. Ainsi, en plus de l’exploitation du bois, on va également utiliser les clairières comme pâture pour les bêtes. Viendra par la suite l’exploitation du grès pour fabriquer les pavés des rues parisiennes et l’emploi du sable dans la verrerie d’art. Car celui de Fontainebleau est exceptionnellement pur, principalement grâce à sa forte teneur en silice. De grands maîtres verriers comme Murano et Baccarat vont ainsi l’utiliser pour créer leurs œuvres.

Aujourd’hui classée et protégée par de nombreux labels et organismes comme l’UNESCO ou NATURA 2000, on utilise tout de même les plus beaux bois des chênes pour fabriquer des tonneaux dans lesquels vieillissent les crus les plus prestigieux.


Les gorges d’Apremont

La forêt de Fontainebleau offre une grande variété de randonnées. Alors parfois il n’est pas facile de faire son choix. Après maintes hésitations, nous avons choisi de partir explorer les gorges d’Apremont situées sur la partie nord-est du massif.  La randonnée choisie sur l’appli Visorando nous promet de faire le tour des gorges par le sentier n°6 Denecourt-Colinet. D’en découvrir les paysages variés et les gros blocs de grès que les enfants aiment tant.

Le nom d’Apremont aurait pour origine « âprès mont » en lien avec l’aspect désertique des lieux avant que cette partie du massif bénéficie d’une vaste campagne de plantation d’arbres en 1830.   

vue sur la forêt

Info sur la randonnée

Durée : 3h45

Distance : 11,69 km

Dénivelé : 90/140m

Difficulté : Moyenne

  • Attention à la durée, car celle-ci est très variable en fonction de votre rythme de marche (vous allez voir cela dans mes explications plus bas)
  • Attention en cas de chaleur, penser à prendre suffisamment d’eau, car il n’est pas possible de remplir vos bouteilles sur le trajet.
  • Je vous conseille de bonnes chaussures. Au minima une bonne paire de baskets, mais le mieux c’est une paire de chaussures de randonnée.
  • La randonnée n’est pas adaptée aux poussettes ni au fauteuil roulant
  • La randonnée présente des passages étroits entre les blocs rocheux

Déroulé de notre randonnée

Alors je vais être transparente dès le départ, nous n’avons pas réalisé l’intégralité de la boucle. Mais ce n’est pas grave, cela nous obligera à revenir faire la suite une autre fois. On peut tout de même dire que nous en avons fait pratiquement les 3/4 et que c’est la faute de MiniTrotteuse (hostile à toutes côtes) si nous n’avons pas poursuivi (oui je suis une mère qui balance 😉).

Je tiens tout de même à émettre un doute sur la réalisation de cette boucle en 3h45, ou alors il faut la faire au pas de course. Juste à titre d’information, nous avons démarré vers 10h50 et sommes revenus au parking à 15h. sur cette durée (4h10) nous avons fait entre 7 et 8 km. Nous avons aussi regardé, observé, photographié et pique-niqué.

Nous sommes partis de bonne heure de chez nous (enfin le plus tôt qu’il soit possible pour une famille composée d’adolescents et d’adultes au sommeil plus ou moins prolongé le matin, c’est-à-dire 9h45). Après 45 min de route nous voici au point de départ de notre randonnée, le parking des gorges d’Apremont. Il y a déjà pas mal de monde, mais il faut dire que nous sommes le deuxième week-end qui suit le déconfinement et forcément nous ne sommes pas les seuls à vouloir profiter de nouveau de notre liberté retrouvée.

La randonnée commence par la descente d’un escalier en bois afin de gagner le fond des gorges. Nous suivons le sentier balisé jaune (sentier de l’érosion) et nous voici plongés au cœur du désert en référence à l’histoire du site dont je vous parlais plus haut. Puis très vite, nous arrivons en pleine forêt. Nous croisons de moins en moins d’humains pour notre plus grand bonheur. Nous sommes alors sur le fameux sentier Denecourt-Colinet balisé en bleu et déjà quelques blocs remarquables s’offrent à nous.

Pour info :  Les blocs les plus prestigieux portent tous une lettre peinte en bleu. Je pense que sur internet il doit être possible de trouver une carte qui les répertorie tous.

La randonnée prend ensuite un peu de hauteur (non MiniTrotteuse ne râle pas encore, mais fait la grimace). C’est ici que nous choisissons de nous installer pour le pique-nique. Puis nous reprenons notre parcours qui redescend dans le vallon avant d’entamer une partie plus ardue. Le chemin grimpe puis serpente de façon abrupte et accidenté entre les chaos rocheux. Nous ne sommes pas si loin du parking et c’est ici que nous rencontrons le plus de monde. Le cheminement est étroit et il faut composer avec les randonneurs en famille comme nous, les randonneurs sportifs qui foncent et les familles en tongs et sandales chargées comme des mules avec leurs pique-niques. Il y a aussi les apprentis randonneurs partis à l’aveugle et incapables de retrouver leur chemin. Bref, c’est une partie assez sympa pourtant, car cela donne un petit gout d’aventure à la rando, mais assez vite fatigante avec toute cette faune.

D’autre part, cette partie étant moins abritée alors que le soleil commence à taper fort. Nos petits organismes (et nos petits pieds) commencent un peu à fatiguer (ceux de MiniTrotteuse plus que les notre bizarrement) et l’eau se tarit dans nos gourdes.

Nous décidons d’entamer tout de même la seconde partie du tour des gorges, mais nous finissons par abdiquer entre le point 7 et le point 8 de notre randonnée au niveau du point de vue « Gorges d’Apremont ». Mini est au bout d’elle-même, elle râle, elle traîne, bref l’idée n’est pas non plus de la dégouter si l’on veut un jour revenir marcher ici. De plus, nous n’avons plus d’eau alors cela n’est pas très raisonnable de continuer.


Le mot de la fin…

Nous revenons donc par un autre sentier jusqu’au parking mille fois plus rempli qu’à notre arrivée. Nous sommes très heureux d’être revenus en forêt de Fontainebleau. Cette première randonnée de la saison en appellera, espérons-le, d’autres ici ou ailleurs puisque maintenant nous allons pouvoir repartir découvrir la France entière.


Cet article participe au RDV #EnFranceAussi du mois de juin sur le thème voyager près de chez soi proposé par Aurélie du blog Travelingaddress.

18 Comments

  • Martine

    Très belles photos et jolie balade. Je ne connais pas du tout mais ça donne vraiment envie d’aller se balade à Fontainebleau. Bon, quand y aura moins de monde cependant….

    • Cecile

      Merci Martine. Je te souhaite d’aller un jour tu balader c’est vraiment très chouette. Après au printemps et en été le week-end il y’a tout de même toujours du monde à Fontainebleau. Cette année j’aimerai y retourner à l’automne je pense que ça doit être très très chouette avec les couleurs de cette saison.

  • Anne LANDOIS-FAVRET

    J’aime beaucoup ce secteur, bien que j’ai une petite préférence pour les 3 pignons. Il y a de tous les paysages aux gorges d’Apremont, c’est superbe ! Ce n’est jamais simple avec un enfant, et tu as raison, il ne faudrait pas l’en dégoutter pour plus tard. Vous avez tout de même pas mal marché et c’est clairement l’occasion d’y revenir ! Pour la randonnée, je conseille même de ne pas prendre des baskets, ce n’est pas adapté, on peut pas mal se fouler une cheville et puis la plate du pied va fatiguer bien plus vite qu’avec une chaussure de randonnée. 😉

    • Cecile

      Pour les baskets complètement d’accord nous on avait tous nos chaussures de randonnée on était nickel mais lorsque j’en voit crapahuter dans les rochers en tongs avec les sacs carrefour et la glacière Picard franchement je me dis que c’est les meme que l’on retrouve l’été en sandale en haut du Mont Blanc bref ça m’agace mais passons chacun fait comme il vaut tant qu’ils assument après les conséquences…. On avait hésité avec les 3 pignons où l’on était déjà allés il y’a treeees longtemps mais on vaut peur qu’il y est encore plus de monde. Mais franchement cette partie est vraiment très sympa on n’a pas regretter notre choix car en effet il y aune belle variété de paysage. En automne ça doit être aussi très très sympa surtout pour faire des photos

  • Paule-Elise

    Même si vous ne l’avez pas faite jusqu’au bout, c’est une bien belle balade ! Ça nous est arrivé plus d’une fois d’exploser le temps indiqué dans des fiches rando ! On s’arrête tous les deux mètres pour prendre une photo, regarder des feuilles d’arbre, écouter les oiseaux… et hop ça nous a pris 5 heures au lieu de 3 ! Merci en tout cas pour cette aventure.

    • Cecile

      Ça me rassure de savoir que l’on n’est les seuls à exploser les temps de rando parce que parfois je me pose des questions. C’est vrai aussi que l’on croise des marcheurs qui filent tête baissé à toute allure j’imagine que eux respectent les temps indiqués mais je me m’interroge sur se qu’ils ont pu en tirer d’autre le nez au sol concentré sur leur respiration je n’ai pas vraiment l’impression qu’ils profitent de la nature et des paysages qui les entourent. Mais bon chacun fait comme il veux je ne juge pas…quoique

  • eimelle

    Je suis du genre aussi à passer 3 fois plus de temps et à rester plantée 10 minutes devant une fleur! C’est aussi le charme de la balade! J’avais fait une rando dans cette forêt il y a… 20 ans peut-être ? Mais je garde un souvenir impressionné des rochers!

  • Estelle

    J’ai lu pas mal de sorties à la forêt de Fontainebleau sur les blogs. Je n’y ai jamais mis les pieds mais cette forêt m’a l’air remarquable, immense, avec une belle variété de paysages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.